Tendances

Panasonic Lumix G Vario 12-60 mm F3,5-5,6 ASPH Power O.I.S. : test, prix et fiche technique – Objectif

Le Lumix G Vario 12-60 mm F3,5-5,6 ASPH Power O.I.S. est une optique vendue en kit. Sa compacité et sa finition tropicalisée en font un choix logique, mais la qualité d’image est elle de la partie ?

Présenté en 2016 par Panasonic, le Lumix G Vario 12-60 mm F3,5-5,6 ASPH Power O.I.S. fait son apparition dans notre comparatif. Ce zoom reprend les principales caractéristiques des objectifs vendus en kit, comme une ouverture glissante peu généreuse et une construction dénuée de finitions haut de gamme.

Malgré tout, la fiche technique a de quoi interpeller et peu interroger sur l’achat ou la conservation d’une telle optique. En effet, les mensurations de l’objectif sont réduites et font honneur à l’écosystème Micro 4/3. Mais ce n’est pas tout, la stabilisation et la tropicalisation sont aussi de la partie. Le prix est lui aussi contenu, le Lumix G Vario 12-60 mm F3,5-5,6 avait été annoncé au prix public conseillé de 449 €.
 

Panasonic Lumix G Vario 12-60 mm-467-HD.jpg
Le Lumix G Vario 12-60 mm F3,5-5,6 vu de face.

Équivalent à un 24-120 mm en référence au 35 mm, l’optique est composée de onze éléments répartis en neuf groupes. Trois lentilles asphériques sont présentes ainsi qu’une ED (Extra Low Dispersion) pour réduire les effets indésirables comme la distorsion ou les aberrations chromatiques. Le diaphragme est composé de sept lamelles circulaires.
 

 

Panasonic G90-450.jpg
Le Lumix G Vario 12-60 mm F3,5-5,6 monté sur un Lumix G90.

PRISE EN MAIN
4/5

Tropicalisé, petit, léger

Tropicalisé, petit, léger, trois adjectifs qui font penser au M.Zuiko Digital ED 14‑150mm 1:4.0‑5.6 II d’Olympus, et qui s’appliquent ici aussi. Sur la balance, on mesure seulement 210 g et les sept centimètres sont à peine dépassés avec une longueur totale de 71 mm en position fermée. Le Lumix G Vario 12-60 mm F3,5-5,6 est vraiment passe-partout.
 

Panasonic Lumix G Vario 12-60 mm-466.jpg
L’objectif tient facilement au creux de la main.

Du côté du design et de la prise en main, il n’y a rien à signaler de particulier. L’ensemble n’est pas excellent, mais sans erreur notable. Pour le prix, il est difficile d’envisager mieux. Plutôt sobre et doté d’une robe noire, il paraît même un peu trop petit une fois fixé sur un Lumix G90. La bague de mise au point est sûrement un peu trop souple, mais la rotation est douce. La bague dédiée au zoom est bien large. En revanche, sa manipulation n’offre pas une sensation haut de gamme. La résistance de la course n’est pas non plus linéaire, sans que cela soit pour autant gênant au quotidien.
 

En outre, le Lumix G Vario 12-60 mm F3,5-5,6 est aussi stabilisé. La compatibilité avec la double stabilisation Dual I.S. est également prévue par Panasonic. C’est un très bon point qui permet de gagner en polyvalence et vient en partie compenser l’ouverture peu lumineuse de l’objectif. Nous nous sommes attardés sur la stabilisation plus en détail dans le test du Lumix G90 et nous avons pu — au prix d’un effort certain — réaliser des photos nettes avec une seconde de temps de pose.
 

 

Panasonic G90-449.jpg
Une vue de côté du Lumix G90 avec le Lumix G Vario 12-60 mm F3,5-5,6.

 

Les mesures dans notre laboratoire sont faites en partenariat avec Imatest. Logiciels, outils ou chartes, Imatest propose des solutions complètes et sur mesure pour analyser et tester la qualité des appareils et objectifs photographiques.

Nous avons testé l’objectif avec un Panasonic Lumix GX8 au capteur de type 4/3″ de 20,3 Mpx d’une définition de 5 184 × 3 888 px. Chaque pixel mesure donc 3,33 µm de côté.
 

12 mm.pngLa netteté du Lumix G Vario 12-60 mm F3,5-5,6 ASPH Power O.I.S. mesurée à 12 mm.
25 mm.pngLa netteté du Lumix G Vario 12-60 mm F3,5-5,6 ASPH Power O.I.S. mesurée à 25 mm.
40 mm.pngLa netteté du Lumix G Vario 12-60 mm F3,5-5,6 ASPH Power O.I.S. mesurée à 40 mm.
60 mm.pngLa netteté du Lumix G Vario 12-60 mm F3,5-5,6 ASPH Power O.I.S. mesurée à 60 mm.

Sans forcément être exceptionnelle, l’optique offre une bonne prestation aux plus grandes ouvertures. Elle est toutefois peu lumineuse. La plage disponible avant une baisse de qualité liée à la diffraction est quand même assez réduite. Cela reste malgré tout assez classique dans cette gamme. Pour les plus attentifs, la perte de qualité peut être décelée à f/8, mais apparaîtra réellement à f/11. Le rendu entre le bord et le centre est relativement homogène et sans grande disparité.
 

 

Scène test – Extraits x6 - 12 mm f3.5.jpg12 mm – f/3,5
Scène test – Extraits x6 - 12 mm f11.jpg12 mm – f/11
Scène test – Extraits x6 - 25 mm f4.5.jpg25 mm – f/4,5
Scène test – Extraits x6 - 40 mm f5.5.jpg40 mm – f/5,5
Scène test – Extraits x6 - 60 mm f5.6.jpg60 mm – f/5,6

Distorsion / vignettage / aberrations / flare

Les distorsions sont vraiment peu présentes. Seule la focale 12 mm est réellement impactée par des déformations en barillet. Il faut garder à l’esprit que les défauts sont directement corrigés dans les JPEG et dans les fichiers bruts quand on utilise des boîtiers Micro 4/3. Cela empêche de voir le réel rendu de l’optique. Nonobstant, dans un usage réel, cette particularité n’est pas un défaut, bien au contraire.

Le vignettage est lui aussi bien contenu. À nouveau, c’est seulement au 12 mm qu’il sera réellement gênant, même si on le retrouve également sur l’ensemble de la plage focale. Perceptible au grand-angle entre f/3,5 et f/4, il est par ailleurs négligeable.
 

Dans le cas du flare, c’est une autre histoire. C’est surement le plus gros défaut du Lumix G Vario 12-60 mm F3,5-5,6 ASPH Power O.I.S. puisqu’il y est relativement sensible. Sur le terrain, il se manifestera assez facilement. S’il peut être utilisé de façon créative, il trahit surtout la position en entrée de gamme du petit zoom.
 

 

Bokeh

Avec une ouverture glissante f/3,5-f/5,6 et un capteur de type Micro 4/3, profiter d’un flou d’arrière-plan prononcé commence à être compliqué. Sur notre scène avec les diodes électroluminescentes allumées, les problèmes de fuites de lumière évoquées précédemment se révèlent. Si les bulles du bokeh sont globalement arrondies, leur aspect manque de qualité.
 

P1250796.JPGDu flare apparaît à f/3,5.
P1250800.JPG
Le flare est toujours visible dans les étoiles à f/22.
P1250802.JPG
Au centre, les bulles ne sont pas parfaitement circulaires et leur qualité est perfectible.

 

Autofocus

La mise au point motorisé du Lumix G Vario 12-60 mm F3,5-5,6 se montre rapide quand de bonnes conditions de prises de vues sont réunies. Avec peu de lumières, des effets de pompage peuvent survenir facilement. C’est d’autant plus vrai que la focale utilisée est profonde. Cela dit, les performances du boîtier entrent aussi en ligne de compte. Si l’autofocus n’est pas parfaitement silencieux, il est très difficile de percevoir le moindre son ; la double stabilisation générant elle-même plus de bruit.
 

JPEG sortis du boîtier

P1000371.JPG
500 ISO, 57 mm, f/5,6 @ 1/125 s © Guillaume du Mesgnil d’Engente.
P1000391.JPG
200 ISO, 40 mm, f/5,5 @ 1/160 s © Guillaume du Mesgnil d’Engente.
P1000395.JPG
200 ISO, 60 mm, f/5,6 @ 1/200 s © Guillaume du Mesgnil d’Engente.
P1000356.JPG
200 ISO, 35 mm, f/5,6 @ 1/1000 s © Guillaume du Mesgnil d’Engente.
P1000377.JPG
200 ISO, 60 mm, f/5,6 @ 1/400 s © Guillaume du Mesgnil d’Engente.

Source

Mots Cléfs

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
sit elementum ut ipsum et, Aliquam justo ut Donec elit.
Fermer