Depuis 7 ans, le Département de la Moselle fait le lien entre comités sportifs et établissements accueillant des personnes âgées. Les animateurs proposent des activités physiques aux seniors dans le but d’améliorer leur bien-être et par extension leur quotidien.

 

À la Résidence Autonomie des Trois Frontières – Fondation Vincent de Paul à Rustroff, les seniors pratiquent du karaté adapté le lundi. Au foyer-logement AMLI de Serémange-Erzange, c’est au basket que les résidents s’adonnent le mardi matin. Ces activités sont possibles grâce au dispositif Moselle Sport Seniors, proposé par le Département. « Cette opération a été créée en 2013 afin de faciliter l’accès des seniors aux activités physiques, répondant aux enjeux d’une politique départementale axée sur la santé et l’épanouissement personnel », décrit Jean François, vice-président au Conseil départemental, chargé des sports. « Cette action est bien perçue par les participants. »

 

Des sports adaptés au public

 

Le Département travaille avec les comités sportifs départementaux et des clubs du territoire afin de faire entrer les intervenants dans les établissements accueillant des seniors tels que les maisons de retraite, les foyers logements ou encore les EHPAD. D’octobre à avril, un cycle d’une activité physique par structure, à raison de 15 à 20 séances d’une heure, est proposé aux personnes de plus 60 ans. La Résidence Autonomie des Trois Frontières – Fondation Vincent de Paul fait partie des premiers établissements à avoir ouvert leurs portes aux animateurs sportifs. Bien sûr, le sport proposé est adapté aux capacités du public concerné. Exemple avec le Comité départemental de karaté : « nous avons conçu un système de karaté assis de manière à soulager les membres inférieurs », explique Joy Klein, intervenante à la résidence des Trois Frontières et à la résidence les Hortensias de Marly. « Ce sont les mêmes mouvements, mais avec le haut du corps. » « Le Département est pilote, mais ce sont les clubs ou les comités départementaux qui proposent et développent leur activité propre auprès des seniors », précise Jean François. En cette session 2019-2020, le karaté adapté et le basket sont au programme tout comme le volley assis, le badminton, la gymnastique douce, le tennis de table ou encore le handisport. Tous ces sports présentent des avantages liés à la santé. « Le karaté demande de se servir de toutes les articulations du corps », détaille Joy Klein. « Il y a aussi un travail avec la mémoire. Cette discipline contient de nombreuses techniques à assembler pour faire un enchaînement chorégraphique. Ça demande une gymnastique mentale et de la coordination pour des seniors qui ne bougent pas forcément dans leur établissement. » Une douzaine de résidents participent assidûment à ces séances de karaté adapté. « Ils apprécient la qualité des séances et le professionnalisme des animateurs », souligne Catherine Galaffu, directrice de l’établissement. « Même si les bienfaits de l’activité ne sont pas toujours visibles, ils les ressentent dans leur corps. Certains ont une envie de changer et découvrir un autre sport pendant le cycle, mais le dispositif plaît toujours. » Au Conseil départemental, on sait que ces seniors ne deviendront pas des sportifs accomplis. « Les bienfaits physiques sont modestes, mais le but est d’améliorer leur quotidien, en favorisant leur bien-être physique et moral, en développant la convivialité et le partage dans la structure d’accueil », insiste le vice-président délégué au sport.

 

« Maintenir les résidents en bonne santé »

 

En plus de 6 ans, Moselle Sport Seniors s’est développé sur tout le département, a convaincu les directions des établissements d’accueil et a su s’adapter à son public pour mettre tout le monde en confiance. « Nous sommes toujours favorables aux actions qui permettent de maintenir les résidents en bonne santé », souligne Catherine Galaffu. « Les responsables de l’époque ont vu l’intérêt de ce dispositif pour dynamiser la résidence et prendre soin des seniors. Ces objectifs sont les mêmes aujourd’hui. » En 2013, le dispositif était déployé sur deux sites. Lors du cycle 2019-2020, 18 établissements reçoivent régulièrement des intervenants des clubs ou comités sportifs et environ 200 seniors, dont le plus âgé a 97 ans, prennent part aux actions. « Lorsqu’on se lance dans quelque chose, il y a toujours une part d’incertitude », confie Jean François. « C’est important et encourageant de voir que nous trouvons de plus en plus de clubs ou comités qui souhaitent participer à ces actions, que le milieu sportif joue de plus en plus le jeu. » Avant 2015, le Comité départemental de karaté n’avait encore jamais travaillé avec un public de seniors. « Le Département est venu nous voir et nous a demandé si on était capable d’adapter le karaté pour les seniors », relate Joy Klein. « Nous avons réfléchi et nous sommes arrivés au concept de karaté assis. Nous l’appliquons depuis 4 ans et ça tourne bien. Nous avons ajouté du matériel pédagogique pour que l’activité soit plus ludique. »

 

 

« Le sport relie les gens d’âges différents »

 

Rompre l’isolement est un autre enjeu de l’opération. « Les animateurs sont souvent des jeunes et le courant passe toujours très bien », souligne l’élu. « Le sport n’est pas réservé à une ou deux générations, mais relie les gens d’âges différents. Nous n’oublions pas la compétence sociale du Département. L’activité physique peut servir de prétexte à la convivialité, mais même dans ce cas, c’est déjà gagné parce que ces activités physiques permettent de booster le moral de ces seniors, et leur physique aussi. Ils s’aperçoivent qu’ils peuvent faire des gestes qu’ils ne se pensaient pas capables d’exécuter, comme tenir une raquette de badminton ou renvoyer un ballon de volley. Ils reprennent confiance en eux. » Joy Klein s’est permise de sortir du cadre du karaté lors de ses interventions, toujours dans le but d’améliorer le quotidien des participants : « À­ la fin, je leur fais suivre un parcours équilibre pour prévenir des chutes, qui sont la première cause de décès accidentel chez les personnes âgées. Par la suite, ils ont moins d’appréhension pour sortir ou pour prendre les escaliers. » Les cycles sont traditionnellement conclus par une cérémonie qui réunit les participants des différents établissements, les intervenants et les élus, lors de laquelle des diplômes et des T-shirts sont remis. « Les résidents ont plaisir à aller à la remise de diplôme en fin d’année », indique la directrice de la Résidence des Trois Frontières – Fondation Vincent-de-Paul. C’est également l’occasion pour le Conseil départemental de faire un bilan de la session. « Des établissements souhaitent pérenniser une activité par eux-mêmes et d’autres veulent continuer l’opération avec le Département », raconte Jean François. « Des seniors viennent nous voir et nous demandent « après l’été on recommence ? » Lorsqu’on entend cela, on sait que c’est gagné. »

 

 

En adéquation avec le label « Terre de Jeux » 2024

 

Le dispositif Moselle Sport Seniors s’intègre parfaitement dans l’axe inclusion inscrit dans la candidature du Département au label « Terre de Jeux ». « Nous sommes dans le cahier des charges que demande Paris 2024 », souligne Jean François, en mettant également en avant l’aspect sport santé. La Moselle fait partie de la première vague de 24 départements labellisés en novembre 2019 par le Comité d’organisation et son président Tony Estanguet.

 

Par Leslie Mucret

Crédit photo : FDoncourt



Source