Montpellier : un joggeur poignardé à La Mosson, deux hommes arrêtés


L’agression à l’arme blanche avait eu lieu en pleine rue vers 9 h 30 à La Mosson dimanche 5 janvier 2020, alors que le sexagénaire faisait son jogging. 

Cet homme de 60 ans est en train de faire son jogging matinal rue Heildelberg près du stade de La Mosson à Montpellier quand il croise deux individus. Une bousculade puis un conflit éclatent. Les deux hommes s’en prennent alors physiquement au joggeur qui est roué de coups. Il tombe au sol. Les coups pleuvent encore et l’un des deux assaillants lui plante un couteau dans la jambe, perforant l’artère fémorale.

Il s’effondre, inconscient

Les agresseurs prennent la fuite, laissant la victime baignant dans son sang tout en prenant la peine de voler ses effets personnels, notamment les clés de son appartement et la chaîne qu’il portait autour du cou. Le joggeur parvient malgré tout à se relever, à se traîner sur une vingtaine de mètres avant de s’effondrer, inconscient. 

Ce sont des badauds qui alertent rapidement les secours. Les pompiers découvrent alors l’homme dans le coma. Son pronostic vital est engagé. Il est évacué à temps au CHU Lapeyronie. 

On est dimanche 5 janvier. Le commandement de jour et la permanence de la sûreté départementale se rendent sur place. L’enquête de police confiée à la brigade des atteintes aux personnes progresse alors rapidement grâce aux constatations et au signalement des deux fuyards fourni par des témoins lors d’une enquête de voisinage

Consommateurs de protoxyde d’azote

L’exploitation des images de vidéosurveillance de la Ville permet aussi d’affiner les recherches. Les enquêteurs remarquent que les auteurs étaient présents sur le secteur une heure plus tôt avec un troisième homme, en train d’inhaler du protoxyde d’azote injecté dans les ballons plastiques, à bord d’une voiture Peugeot. Des ballons et des capsules de gaz sont retrouvés non loin de la scène de l’agression. 

Les policiers pensent que les suspects sont des habitués du quartier. Des surveillances sont mises en place. Une planque permet d’identifier et de loger l’un des suspects. Il s’agit d’un Montpélliérain de 20 ans. Il est interpellé le 13 janvier dernier. À son domicile, les fonctionnaires retrouvent des vêtements qui correspondent à ceux utilisés le jour de l’agression. Des prélèvements ADN sont réalisés sur des bonbonnes de protoxyde de gaz en attente de résultat. 

Le second suspect était déjà en prison

En garde à vue, le jeune suspect reconnaît sa participation aux faits, une agression « gratuite »  et évoque une bagarre avec le joggeur mais nie le coup de couteau. Il met les enquêteurs sur la piste d’un complice. Un homme de 28 ans qui se trouve en prison.

En effet, ce dernier a été incarcéré quelques jours plus tôt, après que son contrôle judiciaire a été annulé dans une autre affaire judiciaire. Il est donc extrait de la maison d’arrêt pour être entendu en garde à vue. Il ne reconnaît pas le coup de couteau mais est désigné comme l’auteur de ce geste par la victime qui s’en est sortie (avec 15 jours d’Interruption temporaire de travail pour le moment), un témoin et le second suspect. 

Tous deux sont déférés devant le parquet de Montpellier mercredi 15 janvier et présentés en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel. En attendant leur procès qui a été renvoyé, ils sont incarcérés. 



Source