Montpellier: L’observatrice de la LDH Camille Halut relaxée en correctionnel


Camille Halut, observatrice de la Ligue des droits de l’Homme, avait été interpellée le 21 septembre place des Martyrs-de la-Résistance à Montpellier en marge d’une manifestation des gilets jaunes. 

Le tribunal correctionnel de Montpellier a rendu son délibéré pour le procès de Camille Halut observatrice de la Ligue des droits de l’homme de Montpellier poursuivie pour dissimulation de visage lors d’une manifestation publique, en l’occurrence une manifestation des gilets jaunes du 21 septembre 2019, rébellion  et refus de se soumettre en garde à vue aux prélèvements biologiques et relevés signalétiques. Elle avait été interpellée alors qu’elle s’était approchée caméra au poing d’un commissaire en pleine opération de contrôle d’identité et avait refusé de donner son matériel photo. 

« Interpellation pas fondée »

La jeune femme a été relaxée ce jeudi 16 janvier de toutes les charges. Le tribunal estimant que « le commissaire avait lui-même témoigné qu’elle ne dissimulait pas son visage puisque son masque était autour du cou », constate la LDH. Que la rébellion n’était pas établie et que pour le refus de se soumettre aux prélèvements les magistrats « avaient décidé de ne pas la condamner au regard du fait qu’il s’agit d’une infraction annexe intervenue suite à une interpellation qui n’était pas fondée et que les deux infractions principales n’étaient pas retenues ».  Les nullités soulevées par ses avocats (Me Ottan et Tubiana) ont été rejetées.

Déjà jugée entrave à la circulation sur l’A709 lors d’une autre manifestation des gilets jaunes, la jeune militante des libertés publiques qui filme « les pratiques policières » lors des manifestations depuis un an et demi, vêtue d’une chasuble floquée LDH, avait également été relaxée de toutes les charges le 3 octobre 2019 par le tribunal correctionnel. 

 



Source