Motorisation, silhouette ou encore moyen de paiement : si vous avez changé de voiture récemment, vos critères de recherche n’ont sûrement pas été les mêmes que pour la précédente auto. Vous avez peut-être troqué votre Laguna diesel achetée comptant contre un C-HR hybride pris en LOA ! Et comme vous n’êtes pas le seul dans ce cas, l’offre dans les concessions a évolué, en fonction des tendances mais aussi des contraintes réglementaires, notamment le malus. Au cours des dix dernières années, le marché français a connu de nombreux bouleversements. Les chiffres d’AAA Data (spécialiste des données automobiles) relayés par le Parisien l’illustrent parfaitement.
Première révolution, la chute du diesel. En 2010, 63 % des voitures vendues aux particuliers (hors entreprises donc) carburaient au gazole. En 2019, ce n’était plus que 22 % ! On pense à l’effet du Dieselgate, le scandale né chez Volkswagen qui a terni l’image de ce type de motorisation. Mais les Français ont surtout pris conscience que l’achat n’était rentable que pour les grands rouleurs, d’autant que l’écart des prix à la pompe s’est réduit ces dernières annnées. Il y a aussi les effets d’une réduction de l’offre, le diesel ayant disparu sur de nombreuses citadines, voire chez des marques comme Lexus et Toyota (hors gros 4×4).
Forcément, l’essence s’est envolé, passant de 31,3 à 69,3 %. Et il y a bien sûr l’émergence des véhicules hybrides et électriques. En 2010, ils représentaient 0,4 % des immatriculations aux particuliers ! L’année dernière, c’était 8,1 % (dont 2 % d’électriques). Une part qui ne va cesser de progresser. Le marché des véhicules électrifiés a été boosté par Toyota, qui a vu ses ventes auprès des particuliers fortement progresser en dix ans (+ 31,9 %). Le japonais tire aussi avantage d’un autre atout : sa Yaris made in France. La fabrication dans l’Hexagone plaît à la clientèle.
Du côté des véhicules, impossible de passer à côté de la tornade SUV. Les baroudeurs de loisirs existaient bien avant 2010, mais leurs ventes ont explosé au cours de la dernière décennie, avec notamment l’arrivée des petits modèles. On trouve ainsi maintenant dans le Top 10 des ventes les Renault Captur et Peugeot 2008. La part de marché des SUV est passée en dix ans de 9 à 38 % !
Les berlines et les monospaces ont souffert. Ces derniers se font ainsi plus rares, avec une part de marché tombée sous les 5 % en 2019. En revanche, les Français raffolent toujours des citadines, avec une star indétrônable typiquement française : la Clio. Mais attention, celle-ci est en tête des ventes au global. Mais du côté des particuliers, autre grand phénomène de la décennie : c’est maintenant la Dacia Sandero qui est la préférée des Français. 
Avec Toyota, Dacia est l’un des rares constructeurs dont les ventes auprès des particuliers ont progressé depuis 2010. La marque séduit les Français qui veulent une voiture avant tout pour se déplacer et ne pas frimer. 
Les Français ont d’ailleurs beaucoup changé la façon dont ils dépensent leur argent pour l’achat de leur voiture, cherchant davantage du côté des occasions, bien moins onéreuses, pour ne plus supporter la décote de la sortie du garage. Il y a aussi eu une bascule d’une envie de propriété à une plus simple logique d’usage. Le nombre d’achats au comptant a été divisé par deux en dix ans, représentant seulement 30 % des livraisons en 2019. Le reste, c’est de la location, en LOA ou LLD, des formules qui permettent de payer par mensualités sur un temps défini, avec la connaissance de ce qui se passe à la fin… et la possibilité de changer plus vite de modèle, pour se mettre aux dernières tendances.

Du côté des couleurs : le gris domine mais recule, le blanc en forte hausse
Les Français misent toujours sur la sobriété. L’année dernière, 31 % des voitures vendues étaient grises. Mais c’est près de 6 points en moins par rapport à 2010. Avons-nous eu envie de couleurs chatoyantes ? Pas vraiment, car le grand gagnant est le blanc, avec près de 29 % de part de marché en 2019, en hausse de quasiment 12 points. Le bleu a progressé de 3 points à 11 %. Le rouge est stable, à 8,3 %. À noter la chute du noir : 10,7 %, soit quasiment 10 points de moins.
 

 


Source


Crédits photo : www.caradisiac.com


Source de l’article : www.caradisiac.com


Source: https://www.caradisiac.com/achat-d-une-voiture-les-gouts-des-francais-ont-radicalement-change-en-dix-ans-181336.htm