Le Tramadol, antidouleur de la classe des opioïdes, placé sous surveillance en France


Un comprimé de Tramadol.
Un comprimé de Tramadol. GIPHOTOSTOCK / CULTURA / PHOTONONSTOP

A partir du 15 avril, les patients traités avec du Tramadol devront faire renouveler leur ordonnance tous les trois mois, contre douze mois jusque-là. Publiée mercredi 15 janvier, cette décision de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a pour objectif de limiter les risques de dépendance et de surdosage liés à une consommation non maîtrisée de cet antalgique à base d’opiacés.

Commercialisé sous différentes marques comme le Topalgic, sous forme de génériques, il peut être associé à du paracétamol (Ixprim, Zaldiar) ou à un anti-inflammatoire (Skudexum). Ce médicament est de loin l’opioïde le plus prescrit en France : en 2017, 6,8 millions de Français en ont consommé au moins une fois dans l’année.

Très addictif

L’ampleur du problème est sans comparaison avec ce qui se passe aux Etats-Unis, où la surconsommation d’antalgiques opioïdes a causé près de 218 000 décès en moins de vingt ans. Mais les autorités s’inquiètent de la forte hausse des hospitalisations liées à un mauvais usage de ces médicaments – elles ont presque triplé entre 2000 et 2017 – et des décès par overdose – au moins 200 par an.

Lire aussi « Antidouleurs : l’Amérique dévastée » : un scandale sanitaire hors du commun

« Les médecins connaissent mal la molécule et les patients ne reconnaissent pas toujours les signes de dépendance », déplore Nathalie Richard, directrice adjointe des médicaments antalgiques et stupéfiants à l’ANSM. « Nous souhaitons débanaliser la prescription du Tramadol, notamment à la sortie de l’hôpital, où l’on donne souvent des ordonnances pré-imprimées aux patients », poursuit-elle.

Les médecins le prescrivent pour soulager des douleurs importantes – après une intervention chirurgicale, par exemple –, mais la durée de prescription doit être la plus courte possible, car le Tramadol se révèle très addictif.

« Doctor shopping »

« Certains patients présentent des symptômes de dépendance après seulement un mois », explique le professeur Nicolas Authier, chef du service de pharmacologie et du centre de la douleur du centre hospitalier universitaire de Clermont-Ferrand.

« En outre, le sevrage est complexe, car le Tramadol agit à la fois comme un antidouleur et un antidépresseur », ajoute ce médecin, qui dirige l’Observatoire français des médicaments antalgiques. Ainsi, certains de ses patients continuent d’en consommer pour soulager leur stress et leur anxiété, alors que leur douleur a disparu.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Hausse inquiétante du nombre d’overdoses liées aux médicaments à base d’opium en France

Les plus dépendants n’hésitent pas à faire du doctor shopping (nomadisme médical) pour obtenir de nouvelles ordonnances, quand ils ne les falsifient pas en ajoutant une ligne pour le Tramadol. Cet antalgique est, après la codéine, celui qui se retrouve le plus fréquemment sur les ordonnances falsifiées, constate l’ANSM. Le docteur Authier se souvient d’un patient venu le consulter après avoir atteint une consommation quotidienne de dix-huit comprimés. « Il avait fini par se faire prendre par l’Assurance-maladie et achetait son Tramadol par boîtes de 100 sur Internet, raconte-t-il. La douleur liée à son accident de moto avait disparu, mais il l’utilisait comme anxiolytique. »



Source