Deux petits tours et puis s’en vont. Jeudi, lors d’une nouvelle journée perturbée par la pluie, Alizé Cornet, Gilles Simon et Pierre-Hugues Herbert ont à leur tour quitté l’Open d’Australie. Sur les 18 engagés tricolores à Melbourne, tableaux masculin et féminin confondus, 10 ont disparu au premier match et 7 au deuxième. Seul Gaël Monfils est parvenu à rallier le troisième tour : du jamais-vu depuis 2005 pour un tennis hexagonal qui ne parvient décidément pas à se relever.

« Si on prend chaque joueur ou joueuse, il s’entraîne et donne son maximum. Il y a des périodes, des tableaux un peu plus durs », a voulu défendre le dernier rescapé du camp bleu, vainqueur du géant croate Ivo Karlovic jeudi.

Des « anciens » ont effectivement eu des tableaux et des circonstances compliquées, à l’image de Jo-Wilfried Tsonga obligé d’abandonner sur blessure, de Benoît Paire, contraint de jouer deux matchs de cinq sets en 24 heures en raison de la pluie, de Gilles Simon, tombé sur un Nick Kyrgios des grands jours devant son public, ou de Kristina Mladenovic qui avait hérité de la N.2 mondiale Karolina Pliskova dès le premier tour.

La relève se fait attendre

Mais les « jeunes » n’ont pas plus brillé. Alors que les quatre mousquetaires (Tsonga, Simon, Gasquet, Monfils) se dirigent tout doucement vers la fin de carrière, leurs successeurs désignés peinent à confirmer : un an après sa demi-finale en Australie, Lucas Pouille était absent pour blessure, Corentin Moutet est tombé face au vétéran Cilic et Ugo Humbert a dégoupillé face au local Millmann quelques jours à peine après son premier sacre…

Chez les filles, le constat est plus inquiétant encore. Les Françaises n’ont pas dépassé le deuxième tour lors de trois des quatre dernières levées du Grand Chelem. Et encore, l’exception reste un modeste troisième tour (Fiona Ferro lors du dernier US Open)… Kristina Mladenovic et Caroline Garcia ont perdu toute constance depuis de longs mois et on ne voit tout bonnement pas la relève arriver.

« On a envie qu’ils arrivent un peu plus vite, mais ce n’est pas facile. Si les résultats pour l’instant sont moins à la hauteur de notre grande nation de tennis, dans un futur très proche, elle sera de nouveau au top, a lancé, dans un élan d’optimisme, Gaël Monfils. Il ne faut pas stresser trop parce qu’on a un bon réservoir, de bonnes structures, donc les résultats vont revenir très vite. » On aimerait le croire…



Source