Le soutien de Julien Terrier à Éric Piolle divise les gilets jaunes



 

FOCUS – Julien Terrier, ex-leader des gilets jaunes de l’agglomération grenobloise, vient de rejoindre le candidat Éric Piolle et son collectif Grenoble en commun. Une démarche qui n’est pas du goût de tous ses compagnons de lutte… Le nouveau rallié va ainsi devoir batailler contre une frange de son propre camp qui y voit une alliance électoraliste. Se défendant de trahir les revendications des gilets jaunes, celui-ci compte se servir de ce tremplin « pour mieux les défendre »… sans toutefois figurer sur la liste du maire sortant.

 

 

Julien Terrier, leader des

Julien Terrier, ex-leader des gilets jaunes de l’agglomération grenobloise. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Disparu des radars depuis mars 2019, Julien Terrier, l’un des anciens porte-parole (contesté) du mouvement des gilets jaunes grenoblois, refait surface pour annoncer qu’il rejoint le collectif Grenoble en commun soutenant Éric Piolle. Une démarche inattendue de la part de cet entrepreneur de 32 ans qui soulève un vent de fronde dans le petit monde des gilets jaunes de l’agglomération.

 

 

« Grenoble en commun m’a reçu et ils sont très contents que je me rallie à leur cause »

 

« Après mon retrait, je comptais monter une association à but politique, mais cette démarche n’a pas rencontré un franc succès », explique Julien Terrier. En cause, l’opposition viscérale des gilets jaunes à toute initiative ressemblant peu ou prou à une tentative de récupération politique du mouvement.

 

« J’ai alors pensé que la seule solution à ma portée pour réaliser mes projets et défendre les valeurs du 17 novembre c’était de rallier un parti existant. » En l’occurrence, le collectif Grenoble en commun d’Éric Piolle, « celui qui me correspond le plus et me laissera le plus de chances de défendre mes convictions », assure Julien Terrier.

 

Une démarche personnelle, donc. « J’ai contacté le conseiller d’Éric Piolle, puis un responsable de Grenoble en commun m’a reçu et ils sont très contents que je me rallie à leur cause », affirme Julien Terrier.

 

Le jeune entrepreneur y voit une opportunité de faire émerger à l’échelon local les revendications fondamentales des gilets jaunes. Notamment le Ric – pourtant quelque peu malmené à Grenoble –, le municipalisme, la précarité, le logement et surtout l’écologie.

 

« C’est le combat du siècle ! Nous avons à Grenoble la chance d’avoir un maire écolo. Il ne manque pas d’idées. On va essayer d’en tirer parti et de développer ça au maximum », se prend à espérer Julien Terrier.

 

 

« Je m’attendais à ces réactions vindicatives », confie Julien Terrier

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !





Source