Jean-Michel Bazire: le Messi de notre sport: les courses hippiques





Comme tous les jeudis, retrouvez le résumé d’une semaine de passion, de chevaux, de sport. “Une semaine qu’hippique”.

Episode VIIII.  Cette semaine retrouvez une histoire Belge, David Thomain et… Jean-Michel Bazire

 

 

Cette semaine après un petit tour chez les galopeurs en Belgique sur l’hippodrome de Mons, nous retrouvons ce lundi l’actualité des trotteurs à Vincennes.

Pour ceux qui n’ont pas lu cette histoire Belge, cliquez sur le lien

Une semaine qu'Hippique

 

Après un dimanche classique, les trotteurs de moindres valeurs (pour le moment) ont repris ce lundi le “collier”.

Pour ” Les Cahiers du turf” il s’agit bien sûr d’être présent lors de ce genre de réunions. Notre politique étant de parler un peu des “sans-grades”, des chevaux à découvrir, du coté sportif des courses hippiques. Les réunions classiques étant médiatisées par des confrères aux qualités et aux moyens bien plus importants. Aux courses hippiques c’est comme dans tous les sports, il y a les médiatisés à outrance et les autres. Mais pour devenir célèbre ne faut-il pas avant faire ses preuves?

Pour en revenir à notre lundi (pas au soleil), pas grandes émotions ne me parviennent afin de rédiger un article vraiment captivant. Mais comme je vous l’ai déjà écrit, il se passe toujours quelque chose “aux courtines”.

 

La taque taque tic du driver

 

Jean-Michel Bazire piégé à son propre jeu (pour une fois)
Laure Manaudou avec David Thomain et sa femme Flore © JLL-LeTROT  Photo de Jean-Luc Lamaere

Le seul événement qui me donne l’espoir de ne pas trop sécher devant mon écran est le Prix de Brionne gagné par David Thomain. En général, je parle en premier du cheval, mais cette fois-ci, je tiens à mettre en exergue le ”conducteur ” comme ils disent au Canada.

A mille mètres de l’arrivée, Druss de Guez drivé par Jean-Michel Bazire est bien installé tête et corde, comme à son habitude, devrais-je ecrire. Le meilleur driver Français hypnotise le peloton en faisant un faux-train (1’19” au km). Voyant le coup venir, David Thomain demande alors à son cheval d’accélérer brutalement en haut de la montée en troisième épaisseur. Diablo d’Herfraie déborde alors tout en dehors ses rivaux et prend l’avantage mais sans pouvoir se rabattre de suite. Jean-Michel Bazire, un peu surpris par le démarrage de son adversaire demande alors à Druss de Guez de passer de 1’19” en 1’14” sur un bout de deux cents mètres. Pris de vitesse, mais courageux, le fils de Neutron du Cébé tente de revenir sur son offensif rival, mais l’effort est trop intense, Druss se met au galop à 150 mètres du poteau et se voit disqualifié au grand dam de ses nombreux preneurs. Pour une fois que la “tactique “J.M.B.” échoue, personne ne peut tenir rigueur au multiple (ballon), pardon, sulky d’or.

Liste des drivers “sulky d’or”. cliquez-ici

La victoire revient alors à David Thomain et à son Diablo d’Herfraie. Bravo à eux deux d’avoir tenté le coup.

David Thomain en bref

On notera pour l’avenir la superbe fin de course du Finlandais, Whole Lotta Love.


 

Les résultats dans les courses hippiques comme dans tous les autres sports sont souvent le mélange de la malice liée à la force. Jean-Michel Bazire, notre Lionel Messi à nous, en connait quelque chose. Mais cette fois-ci ” tel est pris, qui croyait prendre “

A suivre…

 

 

 








Source