International

“Il y a clairement une volonté d’intimidation des journalistes”

Marianne : Vous avez été auditionné ce mardi 14 mai par des enquêteurs de Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Pour quelle raison ?

Mathias Destal* : Le 15 avril, nous avons publié avec Disclose une enquête intitulée “Made in France” dans laquelle nous avons révélé l’usage massif d’armes françaises dans la guerre au Yémen. Guerre qui dure depuis quatre ans, qui a fait des milliers de victimes civiles et qui, selon les Nations unies, est l’une des pires crises humanitaires du moment au monde. Une guerre conduite par une coalition de pays sunnites dont l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, deux clients très importants de l’industrie de l’armement français.

Quelle était la teneur de vos révélations ?

Nous avons obtenu des documents classés “confidentiel défense”, le premier niveau du secret défense, rédigés par la Direction du renseignement militaire français (DRM), révélant l’utilisation d’un arsenal d’armes française dans cette guerre. Ces documents détaillent notamment les armes présentes sur le territoire yéménite mais aussi à la frontière entre l’Arabie saoudite et le Yémen. On y trouve également une série de cartes, dont une très intéressante qui s’appelle “Population sous la menace des bombes”, indiquant qu’à cette frontière, il y a 48 canons Caesar, canons capables de frapper jusqu’à 42 kilomètres, dirigés vers des zones habitées par des civils.

La France est signataire du traité sur le commerce des armes qui interdit la vente d’armes à des clients qui s’en serviraient contre des civils. La logique voudrait donc qu’elle cesse ses livraisons d’armes à l’Arabie saoudite et au Yémen.

En croisant cette carte avec des données fournies par l’ONG Armed Conflict Location and Event Data Project (ACLED), nous avons révélé qu’entre 2016 et 2018, sur cette zone identifiée par le document de la DRM, il y a eu plus de 35 bombardements qui ont touché des populations civils. Selon nos informations, seuls les canons Caesar pouvaient être à l’origine de ces tirs. Or la France est signataire du traité sur le commerce des armes qui interdit la vente d’armes à des clients qui s’en serviraient contre des civils. La logique voudrait donc que la France cesse ses livraisons d’armes à l’Arabie saoudite et au Yémen. Ces documents prouvent également que depuis des années, le pouvoir exécutif français ment à la représentation nationale et aux citoyens, puisqu’il est parfaitement au courant de l’utilisation des armes françaises vendues. La France est le troisième exportateur d’armes au monde et pourtant, nous n’avons que très peu d’informations sur ce sujet. Il y a un vrai manque de transparence.

Que s’est-il passée après la publication de votre enquête ?

Nous avons reçu le 23 avril une convocation de la DGSI. C’est la seule réponse qui nous a été apportée à nos révélations : une audition dans le cadre d’une enquête préliminaire pour “compromission du secret de la défense nationale”, après une plainte du ministère des Armées. Enquête conduite par la “section antiterroriste et atteinte à la sûreté de l’Etat” du parquet de Paris. Ce cadre des poursuites, en-dehors du cadre classique des délits de presse, nous fragilise en tant que journalistes. D’abord, parce que l’antiterrorisme permet des moyens d’enquête très importants. Ensuite, l’enquête préliminaire nous empêche d’avoir accès aux éléments du dossier. Enfin et surtout, cela nous détache de notre statut de journaliste et donc des lois sur la presse qui nous protègent. Cela a d’ailleurs été clairement assumé dès le début de nos auditions puisque les enquêteurs nous ont fait savoir, à Geoffrey Livolsi (co-fondateur de Disclose, ndlr) et à moi-même, que nous n’étions pas là en tant que journalistes mais comme suspects d’une infraction pénalement répréhensible de 5 ans d’emprisonnement et de 75.000 euros d’amende. Ce qui est totalement absurde, puisque nous avons publié ces informations parce que nous sommes journalistes, dans le cadre de notre devoir d’information.

Comment s’est déroulée votre audition ?

Nous nous sommes rendus au siège de la DGSI, à Levallois-Perret, dans des locaux ultra-modernes. Nous avons été accueillis par des enquêtrices de la DGSI qui se sont présentées comme membres de la cellule d’atteinte à la sûreté de l’Etat, sans dévoiler leurs identités. Nous avons été conduits, à travers de longs couloirs sans fenêtre et des caméras vissées au plafond un peu partout, vers des pièces aveugles au quatrième sous-sol, où nous avons auditionnés en même temps mais séparément.

L’audition a commencé par des questions d’usage puis, très vite j’ai été interrogé sur Disclose : qu’est-ce que c’est, quelle est la ligne éditoriale, quels sont nos partenaires ? J’ai également été interrogé sur un entretien que j’avais donné lors de la campagne de lancement de Disclose, où j’expliquais que notre objectif était de sortir des informations d’intérêt public. Ensuite, il y a eu des questions sur ce qu’était, selon nous, le secret défense, à propos de nos connaissances sur ses différents niveaux. Et encore sur la différence selon nous entre un lanceur d’alerte et une source, sur les raisons qui nous poussaient à utiliser des messageries cryptées…

Des questions très larges et étonnantes, qui ne concernaient pas directement nos révélations. Geoffrey Livolsi a même été questionné sur une publication Twitter dans laquelle il faisait mention du fichage illégal de journalistes et de responsables politiques par Monsanto. Une des questions était aussi de savoir si nous assumions l’infraction de “compromission du secret de Défense nationale”. Et au milieu de tout ça, les enquêtrices nous ont interrogé sur les personnes qui nous avaient transmis les documents de la DRM… Evidemment, nous n’avons répondu à aucun de ces questions, exerçant notre droit à garder le silence. Cela a duré un peu moins d’une heure.

Il y a aussi l’objectif de trouver les sources qui informent la presse sur des sujets aussi sensibles.

Selon vous, quel est l’objectif de cette procédure si particulière ?

Il y a clairement une volonté d’intimidation, des journalistes de Disclose mais plus généralement de tout journaliste qui s’intéresserait de trop près à ces sujets. Benoît Collombat, journaliste de la cellule investigation de Radio France, a également été auditionné ce mercredi 15 mai à 10 heures, pour les mêmes motifs. C’est également une manière d’éviter de parler du fond, c’est-à-dire des ventes d’armes à destination de pays accusés de crime de guerre. Il y a aussi l’objectif de trouver les sources qui informent la presse sur des sujets aussi sensibles, afin d’éviter que ça ne se reproduise. Et puis, sûrement, de donner des gages aux partenaires commerciaux que sont les royaumes saoudien et émirati.

Est-ce que le fait que cette enquête préliminaire soit menée par des enquêteurs de la DGSI, qui ont à leur disposition une large batterie de moyens de renseignement, fait peser un risque sur votre capacité à continuer à faire votre métier de journalistes ?

C’est le risque d’une procédure comme celle-là, qui donne aux enquêteurs des moyens d’investigation élargis. Cela peut leur permettre par exemple de consulter nos fadettes, de nous mettre sur écoute, de mettre en place des filatures… Par exemple, nous avons reçu notre convocation le 23 avril, soit deux semaines avant notre audition. On peut très bien imaginer qu’ils
s’agissait d’une stratégie de la DGSI pensant que nous allions nous
agiter durant ces deux semaines, contacter des gens, supprimer des
messages… Et ensuite, enquêter par déduction et élimination. Tout en restant prudent et sans tomber dans la paranoïa, tout est possible. Ce qui est certain, c’est que ce n’est pas anodin pour des journalistes
d’être sous le coup d’une enquête de la DGSI chapeautée par le parquet
antiterroriste. Depuis le début, nous faisons très attention car le sujet de la vente d’armes est sensible. Nous allons redoubler de prudence.

*Avant de lancer Disclose, Mathias Destal a été journaliste à Marianne


Source

Mots Cléfs

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
non felis leo. tempus sem, id
Fermer