Délai de détention provisoire trop long à Montpellier : le condamné pour assassinat est libéré


La chambre de l’instruction de Nîmes a décidé ce jeudi 16 janvier de remettre en liberté Ramon Cortes, écroué depuis 18 septembre 2013 pour avoir assassiné son ex-compagne Rosine Roig à Ortaffa, près de Perpignan. Condamné à 30 ans de réclusion le 24 octobre 2017, il a fait appel et doit comparaître du 20 au 24 avril à la cour d’assises de l’Hérault. Saisie par son avocat, la justice estime que sa détention provisoire a duré trop longtemps.

La décision était attendue, et la chambre de l’instruction de Nîmes n’a pas joué la carte de la surprise. Ce jeudi 16 janvier, les magistrats nîmois ont ordonné la remise en liberté de Ramon Cortes, un homme de 54 ans condamné à 30 ans de réclusion criminelle pour un féminicide. ILest toutefois placé sous un contrôle judiciaire très strict.

Lassée de ses violences et de ses infidlités

En septembre 2013, il avait abattu la mère de ses trois enfants, Rosine Roig, femme de ménage au musée de Céret, après l’avoir enlevée à la sortie de son travail, parce qu’il ne supportait pas que cette dernière l’eut quitté, lassée de ses violences et de ses infidlités.

« Je salue une décision qui respecte les grands principes de la démocratie » déclare à Midi Libre Me Jean-Marc Darrigade, son avocat.

Les explications sont inaudibles

A l’audience mercredi 15 janvier, l’avocat général Hervé Poinot avait fait part de la complexité de la situation : « Il y a des réquisitions plus difficiles à prendre que d’autres et celles-ci en font partie d’autant que les explications sont inaudibles pour les parties civiles et le public. Mais en matière de détention provisoire, force doit rester à la loi et je vous requiers cette demande de remise en liberté ».



Source