l’essentiel
Pour la seconde fois depuis le début de la crise sanitaire et la fermeture de tous les établissements scolaires, le principal du collège de Plaisance-du-Gers a pris sa voiture personnelle et a joué au facteur !

Cédric Carasco, à la tête depuis quatre ans de ce petit mais très dynamique établissement de l’hyper ruralité gersoise fait la tournée des domiciles où résident des élèves concernés par la « fracture numérique » : peu ou pas d’accès au réseau internet ou pas de matériel informatique dans les familles.

A lire aussi :
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce un plan massif pour l’hôpital, 231 décès de plus en France, plus de mille cas en Occitanie

« Ici, les zones blanches restent d’actualité, souligne Cédric. Travailler à distance via une connexion relève de la gageure. Cela dit, sur 165 élèves, seulement dix familles de notre secteur sont concernées Il ne s’agit donc pas non plus d’une organisation insurmontable… »

Des contacts avec toutes les familles

N’empêche : cela atteste une nouvelle fois de l’imagination et de la mobilisation des acteurs de l’Éducation Nationale pour assure la continuité pédagogique. Et Cédric de souligner en souriant : « Nous aurions pu, pour tous, faire des copies de cours à venir récupérer par les familles une fois par semaine…Mais, il n’y avait de case à cocher sur la feuille de dérogation pour les déplacements. » Aussi, c’est muni de sa dérogation à titre professionnel que Cédric fait ses tournées : Préchac, Ju-Belloc, Saint-Aunix-Lengros, Tieste-Uragnoux, Tasque.

«J’ai commencé la semaine dernière, indique encore le principal. Cette semaine, je porte un nouveau lot de cours et je récupère les copies à corriger par les profs. Ce travail d’élève sera numérisé et envoyé aux enseignants… Et moi, je récupère le leur sur l’espace numérique partagé : je télécharge, j’imprime…je copie. Et hop, dans des enveloppes. Je suis aidé par des agents administratifs encore présents : Sandrine Dussac et Sandrine Babin. Il nous a certes fallu changer provisoirement notre manière de travailler, mais avec un peu de bonne volonté et de solidarité, ça passe. C’est l’avantage d’être un petit établissement ! »

Cédric ajoute encore : « Les professeurs, une vingtaine, se sont partagé les élèves. Huit familles chacun environ. Ils leur téléphonent une fois par semaine au moins…C’est important de garder ce contact avec les familles. Je me dois enfin de préciser que quelques profs volontaires sont présents au collège pour l’accueil des enfants de parents personnels soignants à Auch, Tarbes, Aire-sur-Adour. »


Lire La Suite : Source Original
Crédits photo / Source de l’article : www.ladepeche.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Solve : *
22 × 28 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.