Les trois hypothèses retenues par notre sondage, réalisé à Poitiers par Ifop-Fiducial, pour La Nouvelle République et Centre Presse, placent le maire sortant en tête au second tour. Mais les jeux sont loin d’être faits.Alain Claeys est le favori à sa propre succession : notre sondage Ifop-Fiducial le place en tête dans les trois hypothèses que nous avons retenues pour le second tour. Toutefois, l’avance du maire sortant est loin d’être suffisante pour anéantir les espoirs de ses principaux rivaux, en particulier ceux de la liste Poitiers Collectif menée par Léonore Moncond’Huy. C’est logiquement dans l’hypothèse d’une triangulaire que le score d’Alain Claeys est le plus élevé (39 %, contre 32 % pour Léonore Moncond’huy et 29 % pour le candidat LREM Anthony Brottier). Mais compte tenu des rapports de force observés au premier tour, l’hypothèse d’une triangulaire au second apparaît peu probable. Quadrangulaires La configuration d’une quadrangulaire impliquant le représentant du Rassemblement National est la plus favorable au maire sortant : il l’emporte avec 36 %, suivi par Léonore Moncond’Huy et Anthony Brottier au coude à coude (27 % chacun), loin devant le candidat du RN Kévin Courtois (10 %). C’est l’hypothèse la plus proche de la situation du second tour de 2014, où Alain Claeys affrontait des candidats EELV, UMP et FN, et où il l’avait emporté, mais avec un score de plus de 41 %. Seulement, là encore, les rapports de force, constatés par notre sondage pour le premier tour, laissent à penser que la perspective de cette quadrangulaire, avec le candidat RN mais sans celui de LR, reste improbable. L’autre quadrangulaire envisagée par notre sondage, la plus réaliste, avec cette fois le candidat LR Thierry Alquier en lieu et place du représentant du Rassemblement National, donne une avance encore plus ténue au maire sortant, qui l’emporterait avec un score de 31 %… mais suivi de très près par les 29 % de Léonore Moncond’huy (Anthony Brottier et Thierry Alquier récoltant respectivement 22 et 18 %). Si Osons 2020 et Poitiers Collectif s’entendent Or, une autre hypothèse, non envisagée initialement par notre sondage, apparaît au final tout aussi légitime que les trois retenues : la liste Osons 2020 menée par Christiane Fraysse obtiendrait 11 % des suffrages exprimés au premier tour et serait donc en mesure de se maintenir au second, ou a minima de peser fortement sur les négociations de l’entre-deux tours. Autant dire que l’avance du maire sortant ne lui assure pas de certitude. Car si le centre-droit peut toujours rêver d’un hypothétique rapprochement entre le candidat En Marche et celui du parti Les Républicains pour tenter de faire pencher la balance plus clairement à droite, ce sont surtout les électeurs de la gauche et des écologistes qui peuvent miser sur une entente entre les listes menées par Léonore Moncond’huy et Christiane Fraysse (dont les programmes sont proches) : un tel rapprochement pourrait sans doute créer une dynamique susceptible de menacer la maigre avance d’Alain Claeys, dont le statut de favori, s’il n’est pas contesté, reste fragile. Frédéric Delâge Trois hypothèses sondées au deuxième tour.©Infographie NR-CP  Le billet : alliances ? Au regard de notre sondage sur les intentions de vote au premier tour, on note que six listes sur huit sont en capacité de se maintenir. Pour ce sondage du second tour, nous avons imaginé trois hypothèses qui vous sont présentées dans la page ci-contre. Nous ne les avions pas toutes anticipées (voir notre analyse), même en ayant consulté des experts locaux de la politique. Il en va ainsi du jeu électoral et de ses surprises dans ce match qui semble s’annoncer plus serré que prévu. Toute la question sera alors, pour les candidats arrivés en tête, de réussir à convaincre d’autres prétendants à la mairie de Poitiers de s’associer à eux pour espérer devenir les plus forts et tenter de l’emporter. Pas toujours simple de parler d’alliance, de discuter d’un programme commun en quelques heures, pire encore, de devoir dire à certains colistiers qu’on les écarte pour faire de la place aux nouveaux arrivants. Cette cuisine électorale n’est d’ailleurs pas toujours appréciée des électeurs. A manier avec prudence et cohérence, donc.Delphine Noyon     Les modalités du sondage  Notre sondage a été réalisé auprès de 596 personnes.  «C’est un échantillon représentatif de la population de Poitiers, âgée de 18 ans et plus, inscrite sur les listes électorales», indique Jérôme Fourquet, directeur Opinion de l’Ifop. L’Ifop indique que la marge d’erreur est de 2,4% pour un pourcentage mesuré de 10%. Le vrai pourcentage serait donc compris entre 7,6 et 12,4%. Les dates à retenir d’ici le 15 mars Plusieurs dates clés vont jalonner les deux semaines restantes avant le 1er tour :> Lundi 2 mars. Lancement de la campagne officielle. Les candidats peuvent coller leurs affiches sur les panneaux électoraux.> Vendredi 13 mars à minuit, début de l’interdiction de diffusion de tracts et de tout message ayant le caractère de propagande électorale.> Samedi 14 mars à minuit : clôture de la campagne électorale.   Pas simple de se projeter dans un second tour pour des candidats concentrés sur le premier tour.©Archives Patrick LavaudLe point de vue des candidats  Alain Claeys, « Poitiers l’avenir s’écrit à taille humaine » n’a pas souhaité commenter ces hypothèses de second tour.  Léonore Moncond’huy, « Poitiers Collectif » : « Les deux premières hypothèses de second tour montrent qu’il manque peu de choses. En confortant la dynamique, on est en mesure d’imposer une alternative à Poitiers. On va tout faire d’ici là pour y parvenir. Ce sondage montre en tout cas qu’on a une crédibilité clairement assurée ».   Anthony Brottier, « Ma priorité c’est vous » : « Sur les trois situations évoquées, on remarque que l’on fait partie de ceux qui pourront représenter une alternative. On est sur la bonne dynamique. On a la volonté de mobiliser encore un électorat sur les trois semaines qui restent. Pour l’heure on va continuer à se concentrer jusqu’à la fin du premier tour ».  Thierry Alquier, « Poitiers autrement » : « 14 % au premier tour, c’est une marque de départ alors que j’étais peu connu au début de la campagne. Notre résultat du second tour dépendra de plusieurs paramètres : le rejet de la candidature Claeys qu’on ressent sur le terrain, la présence ou non du RN, etc. On va évidemment faire ces dernières semaines de campagne à fond. »  Christiane Fraysse, «Osons 2020» : «Nous avons pris connaissance du sondage, et malgré toutes les précautions à prendre avec ce type d’indicateurs, nous nous félicitons de ce résultat qui nous permettrait de nous maintenir aisément au second tour. C’est pourquoi nous manifestons notre grand étonnement face au choix de publier des résultats de second tour faisant apparaître des hypothèses sans cohérence avec ceux du premier car ignorant totalement la présence d’Osons 2020. Ces hypothèses négligent une candidate sérieuse et pourtant incluent un candidat moins bien placé. La mise à l’écart de notre liste constitue un déni de démocratie, niant la possibilité à nos électeurs d’être représentés dans les simulations de second tour alors même qu’il y a fort à parier qu’ils et elles nous porteront dans les urnes bien au-delà de ce que le sondage laisse penser. Car nos propositions programmatiques ne manquent pas de susciter l’intérêt, notamment les bus gratuits et fréquents, l’autonomie alimentaire et l’égalité femmes-hommes.»  Kévin Courtois, Rassemblement national : « Bien sûr que nous maintiendrons notre candidature au second tour. Dans l’objectif d’atteindre un score qui nous permettrait d’avoir un élu de plus au conseil municipal, c’est-à-dire trois. Ce qui prouverait l’évolution de notre parti à Poitiers. ».  Manon Labaye, « Poitiers anticapitaliste » : « Si on atteignait 5 %, on serait en position de proposer une union des listes de gauche. »  Ludovic Gaillard, Lutte ouvrière : « C’est au premier tour que l’on peut s’exprimer. En 2001, on n’avait déjà pas donné de consigne de vote au second tour. On verra au soir du premier tour. Ce qu’on regardera aussi, c’est l’abstention dans les quartiers populaires. C’est le premier tour le plus important, c’est ici que la colère s’exprime. »   Municipales à Poitiers : le débat du second tour La Nouvelle République, Centre Presse et Sciences Po organisent un débat public avec les candidats aux municipales de Poitiers, entre les deux tours de l’élection. Il réunira les têtes de liste qualifiées à l’issue du premier tour, dans les locaux de Sciences Po, rue Jean-Jaurès, le mardi 17 mars, à 15 heures.Le nombre de places dans l’amphithéâtre étant limité, les personnes qui souhaitent assister à ce débat doivent s’inscrire à l’adresse suivante, en précisant leur nom et leur adresse : [email protected] Un dossier réalisé par Florian Adam, Philippe Bonnet, Frédéric Delage, Jean-Michel Gouin, Delphine Noyon Les autres sondages Municipales à Tours :  Municipales à Poitiers : Municipales à Blois :


Source


Crédits photo : www.centre-presse.fr


Source de l’article : www.centre-presse.fr


Source: https://www.centre-presse.fr/article-732341-sondage-municipales-a-poitiers-alain-claeys-n-a-que-peu-d-avance.html



LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Solve : *
17 × 20 =