Lyon est en pleine tempête ? Le berceau rhodanien de la macronie, là où tout a commencé pour le locataire de l’Elysée, prendrait l’eau de toute part et annoncerait le début de la fin de l’ère Macron ? Son parrain politique, celui qui l’a soutenu avant tous les autres, n’aurait plus le vent en poupe ? Les Verts seraient en train de renverser la table au pays de Guignol et de s’emparer du pouvoir local ? Autant de questions qui affleurent dans la campagne des municipales, à Lyon. Le scrutin du 15 mars pourrait bien ressembler à un hallali pour Gérard Collomb. Ses propres lieutenants l’ont abandonné et osent, suprême sacrilège, se présenter contre lui. Ce dernier entend railleries, critiques féroces, et surtout la cruelle musique du « mandat de trop ».Et puis cette vieille affaire qui resurgit, celle de son ex-compagne, Meriem Nouri, suspectée d’avoir bénéficié d’un emploi fictif à la mairie de Lyon. La justice le soupçonne de « détournements de fonds publics », quasiment une injure pour l’homme qui a bâti toute sa carrière sur son intégrité et sur son peu d’intérêt pour les choses de l’argent. A bientôt 73 ans, après dix-neuf ans de règne sans partage, pourquoi ne pas passer le relais, lui répètent ses adversaires.Le « crépuscule du vieux »Dans son bureau de l’hôtel de ville avec vue plongeante sur l’Opéra, Gérard Collomb joue les imperturbables. Tout ce tintamarre autour du « crépuscule du vieux », il le balaie d’un revers de main. Une construction des médias. Une mesquinerie Pour lire les 92 % restants,testez l’offre à 1€ sans engagement. Serge Raffy


Source


Crédits photo : www.nouvelobs.com


Source de l’article : www.nouvelobs.com


Source: https://www.nouvelobs.com/municipales-un-jour-une-ville/20200214.OBS24834/a-lyon-le-dernier-combat-de-gerard-collomb-l-empereur-trahi.html